Désesp’ errence

Comme une boule de feu, sans l’envie de se faire marcher dessus constamment. A y retourner dès lundi. Esclave de notre temps, perdu dans l’immensité de la subordination. Le coeur assoiffé de vengeance au pire, de justice au mieux. A chialer, taper sur les murs, se péter le fémur, graviter sans lendemain, riche de sa haine, et pauvre de ses peurs. Ecorché vif, à faire son larbin jusqu’au bout de sa vie. Disparaître comme un chien. Pourchassé par l’oubli. Dramatique destin, funeste respiration illisible. La rage au ventre, à s’arracher les cheveux et combler le vide. Ils ne s’intéressent qu’à la réussite. Le pedigree sur les lèvres cadenassées, à ne plus pouvoir exulter sincèrement, sauf à tricher encore et encore.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s